Les trolls sur le web, qui sont-ils ?

Lors de mes petites investigations dans les communautés de Community Managers, j’ai été surpris que la plupart ne connaissent pas les trolls sur le web.

Il est clair que le web en général et les réseaux sociaux en particulier deviennent de plus en plus violents et méchants. Cet article de Danielle Fazzio, La violence masquée du réseau, en dit long.

C’est quoi un troll sur le web ?

Beaucoup d’entre nous connaissons les trolls dans les films d’heroic fantasy et dans les jeux vidéo. D’ailleurs, Wikipedia en parle en ces termes :

Un troll est un être de la mythologie nordique, incarnant les forces naturelles ou la magie, caractérisé principalement par son opposition aux hommes et aux dieux.

Je connaissais des trolls individuels. Mais dans la saison 7 de Homeland, je découvre le terme d’espionnage « Mesures actives ». Dans cette saison, les USA en sont victimes. Et leurs adversaires (ici des Russes) ont fait appel à des hackers qui ont monté une usine à trolls.

Carrie Mathisson, héroïne principale de la série Homeland

Ceci n’est qu’une manière de vous dire à quel point cela peut être dangereux.

Revenons sur Wikipedia, dans sa définition de troll (Internet). Je vous conseille néanmoins de lire tout l’article :

En argot Internet, un troll caractérise ce qui vise à générer des polémiques. Il peut s’agir d’un message (par exemple sur un forum), d’un débat conflictuel dans son ensemble ou de la personne qui en est à l’origine.
Ainsi, « troller », c’est créer artificiellement une controverse qui focalise l’attention aux dépens des échanges et de l’équilibre habituel de la communauté.

Dans mes recherches, je suis tombé sur cet article de Joel Stein du Time, How Trolls Are Ruining the Internet. La suite est une traduction partielle de cet article.

Ces trolls qui bousillent le web

Cette histoire n’est pas une bonne idée. Pas pour la société et certainement pas pour moi. Parce que ce dont les trolls se nourrissent, c’est l’attention. Il serait plus intelligent d’être prudent, car la personnalité de l’Internet a changé. À l’époque, c’était un geek avec de nobles idéaux sur la libre circulation de l’information.

Aujourd’hui, si vous avez besoin d’aide pour améliorer votre vitesse de téléchargement, le web est impatient de vous aider pour les détails techniques. Mais si vous lui dites que vous souffrez de dépression, il essaiera de vous pousser à vous suicider.

Les psychologues appellent cela l’effet de désinhibition en ligne.

Il se produit quand des facteurs tels que l’anonymat, l’invisibilité, le manque d’autorité et le fait de ne pas communiquer en temps réel privent la société de son passé millénaire de construction de ses mœurs.

Et nos smartphones imprègnent tous les aspects de nos vies.

Les types de trolls sur le web

Les personnes qui apprécient cette liberté en ligne sont appelées trolls. Ce terme vient d’une méthode de phishing utilisée par les voleurs en ligne pour trouver des victimes. Il s’est rapidement transformé pour se référer aux monstres qui se cachent dans l’obscurité et menacent les gens.

Les trolls sur Internet ont un manifeste en quelque sorte. Il dit qu’ils le font pour le « lolz » ou pour se marrer.

  1. Ce que les trolls font pour le lolz va des farces intelligentes au harcèlement, en passant par des menaces violentes.
  2. Il y a aussi le doxxing. Il consiste à publier des données personnelles, telles que les numéros de sécurité sociale et des comptes bancaire.
  3. Et le swatting. Qui consiste à appeler en urgence pour le domicile d’une victime pour que l’équipe d’intervention rapide de la police intervienne.

Lorsque les victimes n’apprécient pas le lolz, les trolls leur disent qu’elles n’ont pas le sens de l’humour.

Les trolls transforment les médias sociaux et les tableaux de commentaires en vestiaires géants tous droit sortis d’un film pour adolescents, avec des épithètes raciales et une misogynie à en faire pâlir les plus méchants.

Le niveau de jeu des trolls sur le web est en constante évolution

Ils améliorent constamment leur jeu.

En 2011, les trolls sont descendus sur les pages commémoratives Facebook d’utilisateurs récemment décédés pour se moquer de leur mort.

Anita, Jonathan et Jessica vs les trolls

En 2012, la féministe Anita Sarkeesian a lancé une campagne sur Kickstarter. Cette campagne visait à financer une série de vidéos YouTube relatant la misogynie dans les jeux vidéo. Suite à la publication de la campagne, Anita a reçu :

  • des menaces à la bombe lors de conférences,
  • des menaces de type doxx,
  • des menaces de viol,
  • et un rôle vedette dans un jeu appelé Beat Up Anita Sarkeesian (Bastonnez Anita Sarkeesian).

En juin de cette année, Jonathan Weisman, rédacteur en chef adjoint du New York Times à Washington, a quitté Twitter après une avalanche de messages antisémites. Il comptait près de 35 000 abonnés sur la plateforme.

À la fin du mois de juillet, la journaliste féministe Jessica Valenti a annoncé qu’elle quittait les médias sociaux après avoir été menacée de viol contre sa fille âgée de 5 ans.

Des conséquences fâcheuses et parfois tragiques

Une enquête du Pew Research Center publiée il y a deux ans a révélé que 70% des 18-24 ans qui utilisaient Internet avaient été harcelés. Et 26% des femmes de cet âge ont déclaré avoir été harcelées en ligne.

C’est exactement ce que veulent les trolls.

Trolls sur le web : des personnes souffrant de troubles mentaux ?

Une étude de 2014 publiée dans la revue de psychologie Personality and Individual Differences a révélé qu’environ 5% des internautes s’identifiant eux-mêmes comme des trolls obtenaient des résultats extrêmement élevés dans la tétrade noire des traits de personnalité : narcissisme, psychopathie, machiavélisme et, en particulier, sadisme.

Mais peut-être que ce ne sont que des gens qui se disent trolls. Et peut-être qu’ils ne font qu’un petit pourcentage du trolling.

Les trolls sont décrits comme étant aberrants et antithétiques par rapport à la façon dont les gens normaux se parlent. Et cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité.
– Whitney Phillips, Pr de littérature à Mercer University

Phillips est aussi l’auteur de This Is Why We Can’t Have Nice Things: Mapping the Relationship Between Online Trolling and Mainstream Culture. Il continue en disant :

« Ce sont principalement des gens normaux qui font des choses qui semblent amusantes au début et qui ont des répercussions énormes. Vous voulez dire que ce sont les méchants, mais c’est un problème de nous. »

Trolling activiste ?

Beaucoup de gens apprécient le genre de trolling qui éclaire la crédulité des puissants et leur volonté de réagir. L’un des meilleurs est le membre du Congrès Steve Smith, un républicain du Tea Party représentant le 15ème district Géorgien, qui n’existe pas.

Pendant près de trois ans, Smith a balancé sur Twitter des propos excessifs et conservateurs, attirant les sénateurs Claire McCaskill, Christiane Amanpour et Rosie O’Donnell.

Étonnamment, le gars derrière la farce moqueuse du GOP, Jeffrey Marty, n’est pas un libéral, mais un partisan de Donald Trump en colère contre l’élite républicaine. Il était furieux contre Hillary Clinton et mécontent de Black Lives Matter.

Avocat âgé de 40 ans et résidant en dehors de Tampa, il déclare être devenu accro à l’attention.

J’étais complètement dévasté quand j’ai commencé cela. Mon ex-femme et moi venions de nous séparer. Elle a décidé de commencer une nouvelle vie plus excitante sans moi.

Puis son meilleur ami, avec qui il faisait des farces lorsqu’il était enfant, s’est tué. Maintenant, il a une maladie qui le retient à la maison.

Marty dit que son trolling a été autonomisant. « Supposons que j’ai écrit une lettre au New York Times disant que je n’aimais pas votre article sur Trump. Ils le jettent à la poubelle. Sur Twitter, je communique directement avec les rédacteurs. C’est une ventilation de toutes les institutions », dit-il.

Je pense vraiment que cela compte pour l’élection. J’ai 1,5 million de vues de mes tweets tous les 28 jours. C’est un public beaucoup plus vaste que celui que j’aurais eu si j’avais appelé les gens et leur avait dit : « N’avez-vous jamais envisagé Trump comme président ? »

Sexe et politique

Le trolling est, ouvertement, un combat politique. Les libéraux ne font en effet que des trolls.

Le chroniqueur de conseils sur le sexe, Dan Savage, a utilisé ses partisans pour faire du nom de famille de l’ancien sénateur de Pennsylvanie, Rick Santorum, une véritable leçon franche sur les problèmes d’hygiène liés au sexe anal.

Du harcèlement aux menaces de mort

Les trolls sur le web n’ont peur de rien.

Dans cette nouvelle guerre culturelle, la bataille ne se limite pas à l’homosexualité, à l’avortement, au rap, à la drogue ou à la façon de saluer les gens à Noël. Elle s’est étendue à tout et n’importe quoi :

  • jeux vidéo,
  • petites annonces de vêtements,
  • même à refaire une comédie médiocre des années 1980.

En juillet, des trolls, furieux que le reboot de Ghostbusters en 2016 mette en vedette quatre femmes au lieu d’hommes, ont harcelé si sévèrement la co-vedette noire du film : Leslie Jones. C’était sur Twitter avec des menaces racistes et sexistes. Y compris une photo largement copiée d’elle, que quelqu’un éclaboussait de sperme lors de la soirée de la première du film. C’en était arrivé au point où elle envisageait de quitter le show.

« J’étais seule dans mon appartement et je me sentais prise au piège », dit Jones. « Quand tu lisais tous ces propos gays et raciaux, c’était du genre, je ne peux pas me battre contre tout le monde. Je ne savais pas quoi faire. Appeller la police ?Ensuite, ils ont eu mon email et ils ont commencé à m’envoyer des menaces qu’ils allaient me couper la tête et tout ce qu’ont fait dans « N words ». Ce n’est pas fait pour exprimer une opinion, c’est fait pour vous faire peur. »

En raison du harcèlement de Jones, le chef de alt-right, Milo Yiannopoulos, a été définitivement banni de Twitter.

Il est également rédacteur en chef de Breitbart News, le site web conservateur dont le président exécutif, Stephen Bannon, a été embauché le 17 août pour diriger la campagne Trump.

Le service a déclaré Yiannopoulos, critique du nouveau Ghostbusters qui a qualifié Jones de « mec noir », dans un tweet, encouragé plusieurs de ses plus de 300 000 followers à la harceler.

Il nie non seulement cela, mais dit qu’être responsable de ses followers est une norme ridicule. Il pense également que Jones fait semblant d’être blessée à des fins politiques.

« Elle est l’une des stars d’un blockbuster hollywoodien », dit-il. « Il faut une certaine personnalité pour y arriver. C’est une star politiquement consciente et très intelligente qui utilise cela pour aller de l’avant. Je trouve très triste que le féminisme ait transformé des femmes très performantes en victimes professionnelles. »

Trolls sur le web : Gamergate

Gamergate a galvanisé la alt-right, une controverse de 2014 dans laquelle des trolls ont tenté de faire taire les critiques de la misogynie dans les jeux vidéo de leur caverne d’hommes virtuels. « Au milieu des années 2000, la culture Internet se sentait très séparée de la culture pop », déclare Katie Notopoulos, reporter sur le web en tant que rédactrice en chef chez BuzzFeed et co-animatrice du podcast Internet Explorer.

« Ce petit groupe de personnes essaie de défendre son point de vue selon lequel Internet est sombre et effrayant, et essaient de faire fuir les gens. Il existe une telle culture de se moquer vicieusement les uns des autres sur leurs babillards électroniques qu’ils ont une carapace si épaisse. Ils sont tous entraînés. »

What is GamerGate? by @nuckable

Le plus grand troll de l’histoire du web

Andrew Auernheimer, qui s’appelle lui-même Weev en ligne, est probablement le plus grand troll de l’histoire. Il a passé un peu plus d’un an en prison pour fraude d’identité et conspiration. Quand il a été libéré en 2014, il a quitté les États-Unis, pour s’installer principalement en Europe de l’Est et au Moyen-Orient.

Depuis lors, il a travaillé à la publication de vidéos anti-planning familial et a inondé des milliers d’imprimeurs d’université en Amérique avec pour instructions d’imprimer des croix gammées – un symbole tatoué sur sa poitrine.

Quand j’ai demandé si je pouvais prendre l’avion et l’interviewer, il a accepté, mais il a averti qu’il « ne viendrait peut-être pas à terre avant un moment, mais nous pouvons probablement passer assez près de la terre pour que vous puissiez nous rencontrer quelque part dans l’Adriatique ou la mer Ionienne. » Sa signature électronique : « Eternally your servant in the escalation of entropy and eschaton. »

Voilà pour cette première partie sur les trolls. Dans le prochain article nous verrons leur typologie, et les méthodes pour y faire face. À bientôt.