Évitez de devenir un dictateur créatif

Parvenir au poste de directeur créatif est une étape marquante importante. L’opportunité de prendre la tête de la gestion de la marque, de superviser le travail créatif et de construire une équipe rock star est non seulement un témoignage de vos prouesses créatives, mais aussi un vote de confiance dans votre leadership.

Le rapport des individus au pouvoir

Mais, il y a des individus à qui le pouvoir et la responsabilité montent à la tête, transformant un être humain, autrefois gentil et compréhensif, en un ogre micro-gestionnaire et pernicieux. Certes, tous les dictateurs créatifs n’ont pas de mauvaises intentions — là où certains peuvent saisir l’opportunité de repousser leurs propres idées et objectifs, beaucoup se sentent débordés par la responsabilité et réagissent en manageant avec une main de fer afin de répondre aux attentes de l’organisation et de faire avancer les projets.

Cependant, il ne doit pas en être ainsi. Vous pouvez être aux commandes et inspirer le respect, tout en manageant avec une approche d’accompagnement dans un environnement axé sur l’équipe. Voici 5 conseils pour vous aider à éviter de devenir CE directeur créatif — celui dont tout le monde se moque lorsque vous quittez la salle.

Éviter de devenir un dictateur en 5 points

Je ne reviendrai pas sur les principes des organisations de Mintzberg ici, on parlera terre à terre.

1. Collaborez, ne commandez pas

Partagez votre temps entre le management et l’action, et n’ayez pas peur d’entrer dans les tranchées avec votre équipe.

Résistez à l’envie d’imposer votre opinion ou votre solution au sommet de la pile, et encouragez votre équipe à faire des suggestions, des commentaires constructifs et des feedbacks (rétroactions) les uns aux autres, et à vous.

Préférez toujours la collaboration au contrôle total

Approchez votre rôle en tant que facilitateur, permettant aux membres de votre équipe de faire ce qu’ils font le mieux.

2. Influencez, n’imposez pas

Votre travail consiste à créer un environnement dans lequel les membres de votre équipe estiment qu’ils ont les outils et la flexibilité nécessaires pour faire leur meilleur boulot.

Plutôt que de diriger les décisions et les résultats de chaque individu, concentrez-vous plutôt sur la construction et le maintien d’un cadre qui guide tous les intervenants dans une direction positive.

Le rôle d’un directeur créatif prospère ressemble beaucoup à celui d’un jardinier : il faut cultiver une culture riche, appliquer un « engrais » créatif, éliminer les distractions et donner aux jeunes semences le talent nécessaire.

3. Adoptez la flexibilité, pas la rigidité

Autant que beaucoup de créatifs pourraient dire qu’ils le méprisent, le processus est une nécessité.

En fait, lorsque cela se fait correctement, le processus favorise la créativité en éliminant le chaos organisationnel qui crée des barrages et de la confusion.

Mais, imposer un processus au détriment de la créativité peut tuer l’innovation les limites, les lignes directrices et la structure ne peuvent pas être la priorité absolue. Utilisez la technologie pour trouver un équilibre parfait. Établissez des pierres de touche fortes pour la marque, comme un guide de marque, des gabarits d’actifs et des exemples de pièces qui représentent la norme souhaitée, et rendez-les disponibles dans un référentiel partagé auquel toute l’équipe peut accéder.

Exemple de lignes directrices de marque (livre de norme ou charte graphique)

À partir de là, ils peuvent s’appuyer sur ces pierres de touche pour pousser de nouveaux projets dans de nouvelles directions, tout en adhérant aux normes énoncées de la marque.

4. Gagnez en visibilité, pas en contrôle

Lorsque la peur de rater les délais pointe son nez, certains directeurs créatifs manquent de s’appuyer sur les membres de l’équipe pour s’assurer que leur travail soit terminé à temps.

Ils préfèrent se faufiler dans les détails de chaque projet, afin de s’assurer que tout se déroule en douceur. Mais, en réalité, cette ingérence cause encore plus de retards. Au lieu de cela, utilisez des outils de gestion du flux de travail qui fournissent une visibilité en temps réel sur l’état des projets, ainsi que sur tous les obstacles. Avec la visibilité de tout ce qui se passe, les directeurs créatifs peuvent prendre du recul (gagner en perspective), respirer profondément et se demander comment ils peuvent aider, plutôt que de regarder par dessus l’épaule de tout le monde.

5. Défendez, n’en demandez pas plus

Lorsque des parties prenantes puissantes viennent à vous avec de nouvelles demandes de travail, il peut être tentant de tout accepter et d’exiger de votre équipe qu’elle fasse tout ce qu’il faut pour que cela se produise.

Abraham Lincoln (source)

Mais, au lieu de rendre votre équipe superbe, le fait de prendre trop de travail fait que tous les gens se sentent dépassés, brûlés, stressés et en colère, ce qui conduit à de mauvaises performances. Au lieu de cela, avec le contrôle du travail en visibilité, défendez votre équipe contre les parties prenantes agressives en leur montrant exactement ce qui est déjà dans la file d’attente et ce pour quoi il faudrait prendre du recul pour accueillir de nouvelles requêtes « urgentes ». En disant « non » — ou du moins, « pas en ce moment » — avec des preuves défendables, vous pouvez gagner le respect de votre équipe et l’admiration des parties prenantes pour avoir une visibilité aussi claire sur la charge de travail de votre équipe.

Directeur ou dictateur : le choix vous appartient

Développer et maintenir un environnement collaboratif dans lequel vous êtes un facilitateur, plutôt qu’un dictateur, peut permettre à toute votre équipe de prospérer.

En permettant à chaque membre de l’équipe de faire son meilleur boulot grâce à une gestion efficace du travail, à la visibilité des tâches et à la promotion d’une culture de flexibilité, vous évitez d’être perçu comme un dictateur, mais plutôt comme un membre précieux de l’équipe.

Avec la bonne technologie en place, comme des outils de gestion de projet, vous pouvez vous concentrer sur l’habilitation et l’autonomisation, au lieu du commandement et du contrôle, et votre équipe peut vous surprendre avec une créativité, une innovation et des résultats sans précédent qui dépassent vos attentes.